Livre accessible

Laure 30 décembre 2015

La dynamique des échanges entre scientifiques et entreprises.

Mobidys croît en des échanges fructueux entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise.
En établissant des partenariats avec des écoles et des labos, nous souhaitons non seulement explorer des voies innovantes, mais aussi questionner et faire valider certaines de nos propositions.

Salon Innovatives SHS 2015 : échanges entre recherche et entreprisesLe monde de la recherche est ouvert à ces échanges.
En juin 2015 se tenait Innovatives SHS, le salon de valorisation des sciences humaines et sociales du CNRS. Le but de ce salon : promouvoir la capacité des unités de recherches en sciences humaines et sociales à valoriser et à transférer leurs acquis vers le monde économique et social.

Plus de 70 projets concrets de valorisation ont été présentés dans des domaines très variés (patrimoine, analyse territoriale, éducation, santé …).

Parmi eux, deux projets ont retenu notre attention, car ils traitent de nos sujets de prédilection.

Le livre numérique enrichi pour enfant

Olivier Rampnoux du Centre de Recherches en Gestion et Valérie-Inès de la Ville de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (à Poitiers) ont présenté un travail collaboratif effectué avec la société IGS-Néolibris, entreprise spécialisée dans la valorisation des contenus numériques.

Depuis plusieurs années, les chercheurs ont observé et analysé la perception du livre numérique, notamment l’ebook enrichi chez les enfants et les parents : l’usage des tablettes, l’impact du design sonore, la comparaison de lecture d’un même livre en support papier ou numérique, … Autant de travaux qui ont permis de dégager des axes d’ingénierie pédagogique pour concevoir avec IGS-Néolibris, des contenus numériques adaptés à l’enfant, pour ses loisirs et pour ses apprentissages scolaires.

Des logiciels innovants pour la remédiation de la dyslexie de surface

La dyslexie peut prendre plusieurs formes et les troubles sont alors de nature variable. On connaît surtout la dyslexie liée à des difficultés phonologiques, qui se traduit par des difficultés à associer clairement les graphèmes et les phonèmes. Pourtant la dyslexie dite “de surface” n’est pas rare. Elle se caractérise par un déficit attentionnel et une difficulté à mémoriser la forme orthographique précise des mots et à les lire de façon automatique. Jusqu’alors, il existait peu d’outils pour appréhender ce type de dyslexie.

Nathalie Bedoin, enseignante-chercheur au Laboratoire Dynamique Du Langage (UMR CNRS-Université Lyon 2), a travaillé sur un projet d’aide à la remédiation dans la dyslexie de surface. Deux logiciels (SIGL et SWITCHIPIDO) ont été développés pour les orthophonistes, afin de les aider à diagnostiquer et à proposer des exercices à leurs patients, pour améliorer leurs capacités attentionnelles et la lecture.

Plus d’info.

Facebooktwitterlinkedinmail