Actualités

Laure 3 janvier 2016

Vis ma vie de start-up !

Quand on gère une start-up, il faut croire en son idée, bien s’entourer, avoir beaucoup d’énergie et le cœur bien accroché !

Vous le savez tous déjà, quand on monte une start-up,Marion DG de la start-up Mobidys on vit avec son projet, on dort avec son projet.
On mène tous les dossiers de front, on réfléchit 24h/24h à son idée, à sa réalisation, à son business-model, …
On se questionne, on doute, on se persuade, on fait plein de schémas et on met des Post-it™ partout !
On rencontre plein de gens différents à qui l’on « pitche » le projet pour convaincre, pour monter des partenariats, pour faire des recherches, pour faire des tests, pour trouver des solutions…

On essaie des choses, on réussit, on rate, on ré-essaie …
Un premier prototype qui déçoit à cause de blocages techniques ? Eh bien on repart sur de nouvelles bases !
Le nouveau site internet qui se « crashe » à quelques heures de sa mise en ligne …  ? Pas de panique : on en remonte un autre en urgence !
Bref, un sacré mélange de coups de chauffe et de sueurs froides.

Mais quand on est une start-up, une question majeure, c’est de trouver des financements pour toujours aller de l’avant !

Alors il faut prendre son bâton de pèlerin et expliquer, mobiliser, convaincre, mobiliser, illustrer, mobiliser …

Soutenez la start-up Mobidys sur Ulule !

Fin novembre, lancement d’une opération de crowdfunding.
Quoi ? Vous n’avez toujours pas contribué ?!  Il n’est pas trop tard !! Cliquez ici  (ou là, sur la chouette) !!!
Les yeux rivés sur la jauge des contributions, on est sur des montagnes russes : jubilation quand ça s’emballe, grimace quand ça ralentit, panique quand cela stagne « Vite, faut repartir en mobilisation !!! » .

En décembre, réponse à deux appels à projets. On vous en parlera plus tard, pour l’instant c’est en stade de pré-sélection …
Quel suspense à la fois excitant et inquiétant que d’attendre chaque étape de sélection et de validation.
Et alors là, c’est la séquence émotion et grands frissons !
Le 30 décembre, alors que beaucoup pensent à leur réveillon, eh bien pas dans une start-up !  Qu’est-ce qu’on fait ? On joue à se faire peur : on envoie sa candidature à quelques minutes de l’heure limite … et rien ne se passe … et tout se bloque … et le gong sonne … et il n’y a toujours pas d’accusé de réception … et les visages se crispent … et une heure passe … et les jurons volent … et la déception gagne … et un mail arrive … et … ouf ! c’est bon ! C’était juste le serveur en saturation.
Quand on vous dit qu’il faut avoir le cœur bien accroché !

Facebooktwitterlinkedinmail